Actus

Vera, une chargée de recrutement pas comme les autres

On connaissait l’intelligence artificielle pour de nombreux usages mais si demain vous vous faisiez recruter par…un robot !

Nous sommes bel et bien en 2018 et je vous présente Vera, une IA sortie tout droit de la startup Russe Stafory. Installée à Saint-Pétersbourg et fondée par Aleksandr Uraksin, Alexey Kostarev, Vladimir Sveshnikov, Stafory a fait flancher des clients de renoms grâce à Vera.

La chargée de recrutement artificielle s’occupe dans un premier temps de pré-selectionner les 10% de candidats correspondant au mieux à un poste donné puis de leur faire passer un véritable entretien avec les questions standards qu’aurait posé un recruteur en chair et en os.
Pour pouvoir interagir avec le candidat qui lui fait face, Vera a assimilé un catalogue impressionnant de mots et de phrases (13 milliards, rien que ça) et est même capable d’interpréter les émotions.

A ce jour, Vera est capable de recruter des profils d’ouvriers et d’employés mais n’a pas encore la possibilité de recruter des salariés pour des postes à responsabilités.

L’objectif de Vera est de faire gagner du temps aux ressources humaines en leur permettant de passer les premières étapes du recrutement, souvent longues et fastidieuses pour une valeur ajoutée limitée. L’adoption de cette IA permettrait aux entreprises de réduire d’un tiers le coût lié au recrutement.

De plus l’adoption de Vera permet également de lutter contre les discriminations puisque les candidats sont jugé uniquement sur leurs compétences.

Aujourd’hui Vera travaille pour Pepsi, L’Oréal, Castorama ou encore Auchan… rien que ça !

Si vous voulez voir Vera, c’est par ici.

Edit 10 mai 2018 : l’Oréal a licencié son robot Vera.

La rédaction

Le monde qui nous entoure est plein de surprise et il tient qu’à nous de raconter la bonne histoire ! L'équipe de Louis 21 ainsi que ses partenaires vous propose des articles variés et d'actualités tout au long de l'année.